lundi, juin 09, 2008

tank à fer

J'avais investi dans un aérographe pour faire de la peinture à la chaine et gagner du temps. Le genre d'achat qu'on trouve hyper urgent avant de le faire..
La bête reposait donc dans mon sous sol depuis le mois de novembre et mes premiers essais étaient loin d'être concluants.
En faisant du rangement, je suis tombé sur un lot de tanks qui étaient montés et qui n'attendaient qu'une petite mise en couleur. Le moment était idéal pour voir ce que ça pouvait donner à la chaîne.
Après quelques recherches sur la toile, je me suis abreuvé de tutoriels et autres méthodes miracles, en ayant à l'esprit que le but était de faire au moins aussi bien qu'avec un pinceau, mais plus vite. J'ai donc décidé de faire la totale: gomme de masquage, peinture écaillée, pigments:
Je vous passe tous les détails techniques, on les trouve partout en deux minutes.
Sur l'image du dessous on peut voir les couches de base, une fois la gomme de masquage retirée. J'ai vidé deux pots de peinture pour en arriver là (pour 5 blindés, ça me parait beaucoup mais je ne me rends pas bien compte, mine de rien, une fois l'aéro en route, le niveau du réservoir baisse très vite). Le premier constat est que la peinture est vraiment fine, pas très couvrante et fragile. Dans ma conception de la peinture, ça ne colle pas trop mais on veillera à mettre ce qu'il faut de vernis à la fin.












Ensuite, j'ai fait tous les détails (métaux, accessoires...), puis, j'ai repris les éclaircissement des arrêtes avec deux ou trois brossages à sec. Et pour finir, j'ai barbouillé toute la maquette avec un jus constitué d'eau et de pigments "rouilles"(ocre rouge en fait, de la marque Libéron, trouvée à Leroy Merlin pour une dizaine d'euros le gros pot. il y en a même un qui s'appelle "oxyde de fer" !). J'ai badigeonné sans espérer grand chose, et je dois avouer que le résultat est bluffant. On attend que ça soit bien sec et on passe un papier absorbant humide partout où on veut retirer les pigments. Au final, le tank est bien patiné et parait avoir parcouru quelques milliers de kilomètres sur les champs de bataille
Trois couches de vernis mat (toujours à l'aérographe, bien pratique sur le coup) et le tank est terminé. Je suis vraiment satisfait du résultat, même si je me dis que ma prochaine série de blindés sera peinte façon "sortie d'usine", histoire de varier un peu les plaisirs.














2 commentaires:

Walktapus a dit…

Impressionnant...

Tes pigments rouille, ça vient d'où. J'ais des pirgments naturels, mais nettement plus foncés. Terre de Sienne je crois.

Tazdechartres a dit…

Ce sont des gros pots que j'ai achetés à Leroy Merlin.
J'avais pris toutes les teintes intéressantes.
Je prendrais le pot en photo demain.